Au quotidien, produits cosmétiques, gels douches, crèmes sont utilisés de façon récurrente alors que leur composition fait de plus en plus polémique. En effet, ces produits de beauté contiennent des microplastiques ce qui laissent les consommateurs de moins en moins indifférents. Certaines solutions sont mises en place afin de stopper leur utilisation.

Mais que sont les microplastiques ?

Les microplastiques sont des particules en plastiques non solubles et de très petites tailles (< 5mm).

Au sein de l’industrie cosmétique, ils sont utilisés sous formes de plastiques de synthèse ou partiellement solubles. On les retrouve dans les shampoings, gels coiffants, gels douches, maquillage, crèmes hydratantes, fonds de teint et autres produits de notre quotidien.
On peut les regrouper en deux catégories.

Les microbilles de plastiques :
On retrouve ces petites particules de plastiques solides dans les gels douches, les gommages, les dentifrices et dans d’autres soins cosmétiques pour leurs vertus exfoliantes et texturisantes. Par ailleurs, ils permettent également la tenue longue durée dans les gels et les sprays.

Les plastiques liquides :
Dans les shampoings, ils garantissent une consistance agréable. On les retrouve aussi dans les crèmes de soin ou ils font office de liants et apportent une sensation délicate sur la peau.
Les microplastiques sont donc omniprésents dans notre quotidien.  

Les mots à éviter dans les listes INCI sont :  les mots terminant en : -one, -oxane, -polymer- (pas tous mais presque – exemple avec Acrylates Copolymer), -vinyl (pas tous mais presque), polyethylene (dont les PEG même s’ils ne sont pas à proprement parler des plastiques).

Que doit-on leur reprocher ?
Les microplastiques qu’ils soient solides ou liquides polluent énormément l’environnement et la faune marine. Particulièrement présents dans les produits rincés et de très petite taille, ils se retrouvent dans les eaux usées et passent à travers les filtres des stations d’épuration. Les microplastiques se retrouvent donc dans les mers et les océans. Leur propagation s’entend même dans les champs par le biais des bouches d’épuration. Or, les microplastiques ne sont pas biodégradables et s’accumulent détériorent le milieu de vie et ont un impact négatif sur l’environnement. Finalement, rincer des produits contenant des microplastiques impacte l’environnement au long terme et toute la chaine alimentaire.

Les microplastiques font également polémique concernant leur impact sur notre santé : bien qu’ils semblent être tolérés par la peau, les conséquences sur la santé sont peu connues et méritent investigation puisque les cosmétiques sont souvent en contact avec la bouche ou les yeux.

Il est important de souligner que la présence de microplastiques dans les cométiques n’est pas signalée. Il est donc fortement conseillé de se renseigner et de se tourner vers des marques garanties sans microplastiques.

Que dit la loi ?
À ce jour, des stratégies sont mises en place pour augmenter le taux de recyclage des plastiques et réduire l’utilisation de ces derniers. A l’échelle européenne, l’ajout volontaire de tout microplastique dans les cosmétiques devrait progressivement être interdit.
Ainsi, en France, l’assemblée nationale a voté en décembre 2019 l’interdiction des microplastiques dans les cosmétiques (dates d’entrée en vigueur échelonnées jusqu’en 2027).

Alma Bio est donc fier d’être partenaire des marques puroBIO et BioKap qui se sont déjà engagées dans cette voie : les produits BioKap et puroBIO ne contiennent pas de microplastiques.

Pour aller plus loin :

https://cosmeticobs.com/fr/articles/lactualite-des-cosmetiques-7/lassemblee-nationale-vote-linterdiction-des-microplastiques-dans-les-cosmetiques-5092

https://cosmeticobs.com/fr/articles/lactualite-des-cosmetiques-7/microplastiques-le-parlement-europeen-agit-et-le-fait-savoir-4549/

https://www.slow-cosmetique.org/campagnes-militantes/pas-de-plastique-dans-cosmetiques/

Mais que sont les microplastiques ?

Les microplastiques sont des particules en plastiques non solubles et de très petites tailles (< 5mm).

Au sein de l’industrie cosmétique, ils sont utilisés sous formes de plastiques de synthèse ou partiellement solubles. On les retrouve dans les shampoings, gels coiffants, gels douches, maquillage, crèmes hydratantes, fonds de teint et autres produits de notre quotidien.
On peut les regrouper en deux catégories.

Les microbilles de plastiques :
On retrouve ces petites particules de plastiques solides dans les gels douches, les gommages, les dentifrices et dans d’autres soins cosmétiques pour leurs vertus exfoliantes et texturisantes. Par ailleurs, ils permettent également la tenue longue durée dans les gels et les sprays.

Les plastiques liquides :
Dans les shampoings, ils garantissent une consistance agréable. On les retrouve aussi dans les crèmes de soin ou ils font office de liants et apportent une sensation délicate sur la peau.
Les microplastiques sont donc omniprésents dans notre quotidien.  

 

Les mots à éviter dans les listes INCI sont :  les mots terminant en : -one, -oxane, -polymer- (pas tous mais presque – exemple avec Acrylates Copolymer), -vinyl (pas tous mais presque), polyethylene (dont les PEG même s’ils ne sont pas à proprement parler des plastiques).

Que doit-on leur reprocher ?
Les microplastiques qu’ils soient solides ou liquides polluent énormément l’environnement et la faune marine. Particulièrement présents dans les produits rincés et de très petite taille, ils se retrouvent dans les eaux usées et passent à travers les filtres des stations d’épuration. Les microplastiques se retrouvent donc dans les mers et les océans. Leur propagation s’entend même dans les champs par le biais des bouches d’épuration. Or, les microplastiques ne sont pas biodégradables et s’accumulent détériorent le milieu de vie et ont un impact négatif sur l’environnement. Finalement, rincer des produits contenant des microplastiques impacte l’environnement au long terme et toute la chaine alimentaire.

Les microplastiques font également polémique concernant leur impact sur notre santé : bien qu’ils semblent être tolérés par la peau, les conséquences sur la santé sont peu connues et méritent investigation puisque les cosmétiques sont souvent en contact avec la bouche ou les yeux.

Il est important de souligner que la présence de microplastiques dans les cométiques n’est pas signalée. Il est donc fortement conseillé de se renseigner et de se tourner vers des marques garanties sans microplastiques.

Que dit la loi ?
À ce jour, des stratégies sont mises en place pour augmenter le taux de recyclage des plastiques et réduire l’utilisation de ces derniers. A l’échelle européenne, l’ajout volontaire de tout microplastique dans les cosmétiques devrait progressivement être interdit.
Ainsi, en France, l’assemblée nationale a voté en décembre 2019 l’interdiction des microplastiques dans les cosmétiques (dates d’entrée en vigueur échelonnées jusqu’en 2027).

Alma Bio est donc fier d’être partenaire des marques puroBIO et BioKap qui se sont déjà engagées dans cette voie : les produits BioKap et puroBIO ne contiennent pas de microplastiques.